Dernières chroniques

                  

samedi 27 octobre 2012

On n'a rien vu venir - Collectif

« Des manifestations de liesse populaire ont lieu dans tout le pays : le Parti de la liberté a gagné les élections... Mais, très vite, le nouveau pouvoir exclut tous ceux qui s'éloignent un tant soit peu de la norme, les "mal-habillés", les "trop-foncés", les "pas-assez-valides"... et instaure des règles de plus en plus contraignantes : une heure de lever obligatoire pour tous, des jours de congés fixes, des choses qu'on ne peut pas dire, faire, manger ou porter... La liste des nouvelles lois et prohibitions s'allonge, les contrevenants sont traqués et des caméras de surveillance sont installées dans certains domiciles. Comment en est-on arrivé là ? »


 Auteurs : Sandrine Beau, Clémentine Beauvais, Anne-Gaelle Balpe, Séverine Vidal, Fanny Robin, Agnès Laroche, Annelise Heurtier et préface de Stephane Hessel.
 Illustratrice : Aurore Petit
 Éditeur : Alice
 Collection : Deuzio
 Genre : Nouvelles/Science-fiction
 Thèmes principaux : Politique, Anticipation, Dystopie, Dictature.
 Année de sortie : 2012
 Nombre de pages : 112 pages

♥♥
Excellent livre

J'ai beaucoup aimé ce livre. L'idée du roman à 7 voix est excellente et très intéressante, elle permet de découvrir la réaction de 7 familles différentes face à un et même problème, à travers la plume de 7 talentueuses écrivaines.
A chaque chapitre on change d'auteure, de narrateur, de personnage principal, tout en restant dans le même quartier et toujours à la suite du même évènement : l'arrivée d'une dictature. Avec, à plusieurs reprises, les mots "On n'a rien vu venir" qui reviennent.
Ce roman d'anticipation a beau aborder des sujets complexes comme la politique ou la liberté, il est plutôt destiné aux enfants, avec des histoires assez simples.
Il peut être lu à n'importe quel âge, en peu de temps grâce à l’écriture fluide des auteures.
Un très beau livre qui fait réfléchir.

« J'ai envie de dire qu'avec le Parti, ça ne va pas s'arranger. Les vieux, ils ne sont pas en odeur de sainteté. Comme les homos, les gros, les roux, les bigleux, les chevelus, les artistes, les écolos et tous les autres qui ont le tort de dépasser un peu. Les handicapés, c'est pire. Il paraît qu'ils les parquent dans des espèces de centres "adaptés à la mesure de leurs capacités". Je pense à Simon Nogent, et mes oreilles bourdonnent. Quand il s'agit de quelqu'un qu'on connaît en vrai, ça prend une tout autre tournure qu'un nom de catégorie sur un papier.
Comment on en est arrivé là? On n'a rien vu venir... »
________________________________________


Challenge :
2/604

3 livres lus

2 commentaires:

  1. Saroul95/cheval violet29 oct. 2012 à 09:52:00

    J'adore ta chronique Bouquinons ! g lu ce livre et il est excellent !!!!!

    RépondreSupprimer